Guirec et Monique sont au Groenland !

  • access_time14/09/2015
  • explore

Ils y sont ! Après avoir mis le cap sur le Groenland mi-août, Guirec et Monique, nos deux intrépides aventuriers, ont posé l’ancre à Qaqortoq, la quatrième ville la plus peuplée du Groenland.

« Une impression de plénitude totale » nous avouent Guirec et Monique sur leur page Facebook, lorsque leurs yeux embrassèrent pour la toute première fois l’immensité des côtes, la multitude d’icebergs, l’indescriptible beauté de leurs premières aurores boréales.

Ayant pour ambition de se laisser prisonniers des glaces pendant huit mois le plus au nord possible, les inséparables s’équipent. Sécurité avant tout, s’ils veulent réaliser leur rêve de voir des ours polaires de « très très près » comme nous le racontait Guirec dans un article de 20minutes, ils doivent aussi s’en protéger. Mission accomplie avec grande aisance : pas besoin de permis de port d’arme au Groenland. Ici les armes se vendent partout, nos deux amis sont sortis d’une épicerie, baguette dans la main droite, carabine dans la patte gauche !

Avant de remettre le cap sur le Nord, Guirec et Monique ont visité la tannerie de peaux de phoques de Qaqortoq pour quelques emplettes. Si Guirec a pu s’équiper d’une chaude et délectable paire de gants en peau de phoque, Monique elle n’a pas trouvé gant à ses pattes…

Désormais équipés, ils quittent les côtes lacérées du Sud et leurs labyrinthes d’icebergs pour le Nord. Yvinec, leur voilier, se faufile prudemment. Les marées sont grandes faisant rapidement varier  les profondeurs. L’adrénaline est de tous les instants.

Changeant de mouillage toutes les nuits, ils arrivent rapidement à Ivittut. Espérant y trouver âme qui vive, leur surprise est grande. Une ville fantôme ! Tous les bâtiments sont abandonnés, pléthore de carcasses et d’ossements de baleines habitent désormais la ville. Les deux acolytes apprendront plus tard que la ville fut abandonnée à la suite de la fermeture de sa mine de cryolite en 1987.

N’ayant pu ni se réchauffer ni se délecter d’un bon repas dans un bistrot, Guirec et Monique prirent le temps d’installer le chauffage à bord d’Yvinec, et de pêcher leurs premiers saumons sauvages. 25 degrés à bord et saumon à volonté, les deux compagnons réalisent leur rêve : vivre en autarcie !

La route est encore longue, après une escale à Qeqertarsuatsiaat ponctuée de belles rencontres, ils lèvent l’ancre direction Nuuk où Johann, un ami les attend. Une réorganisation du bateau est nécessaire pour pouvoir l’accueillir, chaque centimètre carré peut s’avérer utile à l’intérieur d’Yvinec, particulièrement pour accueillir un pilote de drone !

La navigation est dangereuse et complexe, après une fuite d’huile et la rupture de la manille reliant les ancres du bateau, Guirec et Monique doivent affronter un territoire aussi surprenant de beauté qu’hostile. Les passages sont étroits et le vent de face se fait particulièrement violent atteignant les 25-30 noeuds.  S’ils peuvent anticiper les icebergs grâce au radar, ils ne peuvent détecter les growlers, ces petites blocs de glace. Les nuits sont périlleuses et sublimes.

Ils arrivent finalement à Nuuk le vendredi matin à 6h. Johann fait désormais partie de l’aventure !

Prochaine étape : Sisimut à 320 km au nord de Nuuk.

Guirec et la belle Monique s’apprêtent à franchir le cercle polaire !

Vous pouvez suivre cette incroyable aventure sur la page Facebook Voyage d’Yvinec, ou aller faire un tour sur leur site Internet.