Port-Médoc se remplit, et les commerçants s’en réjouissent !

La société Port Adhoc, qui a repris la gestion du port fin 2013, a réorienté la stratégie de développement et de commercialisation du bassin. Depuis, les plaisanciers reviennent, pour le plus grand bonheur des commerçants de la zone.

L’article de M.SEURIN paru dans le Sud-Ouest du 16 juillet 2014 en témoigne. (Cf ci-après)

En ce début d’été 2014, Port-Médoc, son équipe et ses plaisanciers ont accueilli pendant 2 jours la flotte des Pen Duick, les voiliers historiques du navigateur français Éric Tabarly. Les 5 bateaux sont arrivés jeudi soir, puis ont ouvert au public venu les admirer leurs ponts et cabines durant toute la matinée du vendredi. Le soir, le film « bienvenue à Newport » a été projeté sur un écran géant. Il retrace la victoire d’Éric Tabarly lors de la transat 1964, victoire dont l’association Éric Tabarly  fête les 50 ans.

http://www.sudouest.fr/2014/07/09/visites-historiques-des-pen-duick-1609585-4778.php

Article du Sud Ouest – 16 Juillet 2014

« Moi, je ne me plains pas », lance Francis Cartier. Ce poissonnier s’est installé à Port-Médoc, sur la commune du Verdon-sur-Mer, cette année. Après plusieurs saisons à Port-Bloc, sur la pointe de Grave, à quelques kilomètres de là. Sa cabane, il l’a transporté telle quelle, à l’aide d’une grue.

« Ici, c’est aussi bien, sinon mieux. » Ses clients lui sont restés fidèles et viennent jusqu’à lui. Pourtant, depuis l’ouverture du port il y a 10 ans, tous les commerces n’ont pas eu cette chance. beaucoup de rideaux sont bais
sés.

La faute à un port qui a eu du mal à se remplir. Avec un nouvel investisseur, Port Adhoc, et une autre équipe, il réoriente sa stratégie (« Sud Ouest » du 9 juillet 2014).

En saison, ça va

« On voit plus de bateaux et de plaisanciers depuis leur arrivé », constate Marc Descharles, propriétaire de deux restaurants sur le site de Port-Médoc. « Dans l’organisation on voit que ça bouge. » Lui qui s’est installé en 2012 se veut résolument optimiste.  » On se dit que ça va démarrer. Le site est exceptionnel et bien entretenu. Un jour ou l’autre, il va se passer quelque chose. »

Parmi ses clients, on trouve des plaisanciers, mais également des habitants du Verdon ou de Royan, surtout le weekend. « On tourne bien durant la saison; le reste de l’année, c’est difficile. »

Pour lui, le souci c’est le manque d’animation. « Il faut faire vivre le port. Ici, les gens ne passent pas. Iles viennent pour une bonne raison. C’est ce qui explique l’échec du glacier de Soulac « Judici » ou de l’épicerie ».

Beaucoup de commerçants pensent qu’il faudrait réaliser le projet immobilier prévu initialement. en 2008, il prévoyait la construction de plus de 450 logements à proximité immédiate du port. De quoi développer la zone et faire rouvrir les petits commerces. La Communauté de Communes Pointe du Médoc devait acheter le terrain au Grand Port Maritime de Bordeaux, Avant de revendre au promoteur Nexity. Finalement, rien ne s’est fait.

Pas de projet immobilier

La faute à la crise économique, analyse Jacques Bidalun, maire du verdon-sur-Mer. L’élu considère pourtant que « les commerces de cette zone ne vivront pas tant qu’il n’y aura pas de projet immobilier ».

Quant à la nouvelle équipe du port, en place depuis 6 mois, elle est déjà bien occuper à le remplir. « On n’a pas les clefs », reconnaît Jean-Baptiste Lunet, directeur de Port-Médoc. « Mais c’est vrai qu’il est nécessaire d’attirer les gens de l’extérieur. On va tout faire pour animer cet endroit. » A défaut d’un grand projet, il faudra pourtant se rabattre sur des aménagements susceptibles de créer du passage aux abords du Port.

« Pour l’instant, je ne vois pas d’investisseur s’engager. » Pour Jacques Bidalun, le projet de 2008 est bel et bien enterré. « A moins de l’arrivée d’un homme providentiel, ce sera comme ça pendant un moment. »